Le Gorgebleue de Nantes à Ré


Après l'île d'Ouessant descendons de quelques degrés en latitude pour atterrir à Ré, en plus des autres coins de la côte Rochelaise où nous avons trainé début mai. C'est par la fin du séjour que je débute ce récit ornithologique, pour une fois je ne garde pas le meilleur pour la fin, je m'en sers de début !


C'est donc sur Ré que nous partons en ce beau matin de mai (et jour férié au passage). Une petite heure de route et nous y sommes. Nous passons le péage de Ré les doigts dans le nez... ouf - les fous de la bicyclette arriveront plus tard dans l'après-midi. 

Nous allons directement sur le point d'observation du gorgebleue. Point d'oiseau. À peine déçus pour ne pas dire pas déçus, nous partons sur le deuxième point d'observation. La voiture dans un coin, c'est à pieds qu'on part chercher le bien aimé et surtout le tant attendu et espéré tous les ans. Le monsieur - car ce sont les mâles chanteurs que l'on cherche le plus souvent puisqu'ils arrivent en premier, bien avant les femelles - est bien compliqué. Le soleil au plus haut de la journée et l'absence de vent sont les éléments obligatoires pour qu'il se montre avec ses plus beaux atouts : sa gorge bleue et le bec bien ouvert.

Alors qu'au Sud de la Charente-Maritime il pleut des cordes, ici c'est le soleil ! Pas mal le créneau :-). 

Après avoir serpenté au milieu des marais salants nous sommes sur le territoire de deux individus. Quelques herbes et pieds de panais à franchir et on peut enfin s'assoir près de deux points d'eau, chacun entouré de tamaris, de pieds de moutardes et de panais. Et bingo, les deux Gorgebleues de Nantes comme on les appelles ici, ssp Luscinia svecica namnetum  allant de la Gironde au Golfe du Morbihan, sont bien là. Un mâle à droite, un mâle à gauche.

Le mâle de droite, ne se montre guère et toujours à contre jour. 

Gorgebleue à miroir - Luscinia svecica - Bluethroat
 
 


 

5 mètres à peine séparent ces deux mâles et le deuxième occupe un environnement végétal moins haut. Accroupie je pars m'installer devant le deuxième point d'eau. Le premier arrêt m'est un peu douloureux, le chardon sur lequel je me suis étalée n'a pas trop apprécié. Le deuxième arrêt est mieux et la récompense est là.

L'attente fut longue. Les herbes et la position de l'oiseau bien caché au milieu des pieds de panais n'ont pas aidé.  




Nous assistons à une "guerre" de territoire. Chaque mâle déploie ses plus beaux chants, ses plus belles imitations. Un mâle a été célèbre pour avoir effectué plus de 35 imitations en 3 heures. Ici, les nôtres avaient choisi d'imiter les grillons du coin. 

Le chant n'intimide pas toujours, alors le mâle de droite n'hésite pas à pénétrer le territoire du deuxième. Un peu trop près pour moi, surtout derrière les tiges et herbes folles.

 

Intimidé au début, mon oiseau finit par s'imposer lui aussi. Il effectuera même un brin de toilette, histoire de dire qu'il n'a que faire de son adversaire ! 







Commentaires

  1. Bon je m'avoue battu ........ (mais j'ai pas fait des centaines de Km)
    Oiseau superbe et photos encore plus belles.
    Bizzzz a tous les 2

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah justement, tu devrais le faire tous les ans et tous les jours ;-)
      Merci jean, à bientôt.
      Bises

      Supprimer
  2. Bonjour Nath,

    Ouaw! Quelle belle histoire! Ta patience a été bien récompensée. Il est magnifique cet oiseau. Jusqu'à maintenant, nous n'avons pas réussi à en voir près du Bassin d'Arcachon. Bien qu'il soit annoncé sur de petits panonceaux. Quel rgal que tes photos! :)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Martine,
      Points d'eau, buissons, soleil, le moment doit être parfait pour le trouver.
      Merci à toi.
      Bises

      Supprimer
  3. Bonjour Nathalie. Ce sont de superbes oiseaux que je ne connais pas en Alsace du nord. Bravo pour ces portraits pleins de vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Philippe,
      En effet ils ne trainent pas trop là-haut.
      Bises

      Supprimer
  4. Super les photos!Et quelle patience, bravo c'est réussi!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Nath,
    Alors là, je suis jalouse. Celui-là, je ne l'ai jamais croisé, en tous cas, jamais photographié.
    Il est vraiment magnifique et je me suis régalée à l'admirer sur chacune de tes photos. Son plumage est vraiment superbe et ont peut en admirer chaque détail.
    L'île de Ré, j'en garde de très bons souvenirs.
    Merci pour ce très joli partage.
    Bisous à vous deux et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale
      Ré est magnifique surtout au printemps.
      Merci et gros bisous à vous deux.

      Supprimer
  6. en voilà un que je ne conbnaissais pas... quelle petite beauté... merci pour la découverte bisous

    RépondreSupprimer
  7. flodarom2/6/21

    Bonsoir Nath,
    Ici, j'ai fait défiler ta série de haut en bas et de bas en haut, tu me fais rêver avec tes deux spécimen.
    Le gorge bleue fait partie des oiseaux que je n'ai jamais vu donc, jamais photographié.
    Il est au Teich et un jour, je l'aurai !
    Tu as eu une bonne idée d'aller vadrouiller en Charente-Maritime, ça fait du bien de bouger;-)
    il y a longtemps que je n'avais pas vu une série aussi complète, avec ces différentes attitudes, et le bec ouvert .
    Bonne soirée, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Martine,
      Il faut dire que la vadrouille n'était pas très éloignée de mon domicile étant donné que je suis en Charente-Maritime ;-) presque Gironde, c'est vrai :-)
      Oui tous les ans il est au Teich et tous les ans je le vois chanter à contre jour. Mais c'est effectivement là-bas que j'y ai réalisé mes premiers clichés de l'espèce, en particulier celui que tout le monde surnommait "le loup blanc" avec ses bagues aux pattes.
      Trouve le créneau adéquat et vas-y :-)
      Merci à toi et bonne soirée.
      Bises

      Supprimer
    2. Bonsoir Nath,
      C'est exactement ça, il faut trouver le créneau !
      J'ai relu tes explications, je ne savais pas que le gorge bleue pouvait faire 35 imitations différentes, pas facile de le repérer à son chant.
      Une fois, une seule au Teich, j'avais entendu un oiseau que je ne connaissais pas, j'avais mis du temps à le voir, c'était mon premier torcol fourmilier, lui a un chant très particulier.
      Bonne soirée.
      Bises

      Supprimer
  8. Oooh quel talent ! bonjour Nathalie, je l'ai déjà photographiée aux Marais voisin mais pas si près et avec une telle qualité ! quelle série en action avec son chant, c'est vraiment un bel oiseau. Bonne journée, bise.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Nathalie, Belles photos de le Gorgebleue. Je ne l'ai jamais vu. Bon weekend!

    RépondreSupprimer
  10. A blue-throat is a bird I have always wanted to see - one day perhaps I will!

    Cheers - Stewart M - Melbourne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. One day Stewart, One should always expect the best.
      Regards

      Supprimer
  11. merci d être passée me voir c est gentil... et revoir cette petite merveille un plaisir... gros bisous

    RépondreSupprimer
  12. bonjour Nath
    désolé pour mes absences......mais je te retrouve avec cet oiseau rare et pas facile a repérer. je n'en ai vu qu'une fois derrière le château de suscino dans le marais
    bonne journée, bises, maurice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maurice.
      Le passage est libre et chacun fait comme il peut et surtout comme il veut ;-)
      Bises et bonne journée

      Supprimer
  13. I love the Bluethroat, although, I never seen one, pity. Yours are superb, well done Nath.

    RépondreSupprimer
  14. petit coucou d amitié... gros bisous

    RépondreSupprimer
  15. Salut Nath,

    Je comprends pourquoi tu parles du meilleur, et que pour une fois, on ne finit pas par là !
    Splendide en tous points.
    Bravo à vous deux.

    RépondreSupprimer
  16. Coucou Nath :)

    Et bien te voilà récompensée, tu l'as enfin eu ce beau Gorgebleue et pas qu'un peu, tes clichés sont magnifiques !
    Je ne pense pas l'avoir pris d'aussi près ;)
    J'ignorais qu'il puisse faire des imitations, c'est incroyable. J'ai toujours entendu la même sérénade, mais il était seul sur son territoire.
    Cette année, je ne suis pas allée à sa rencontre, trop de monde et le confinement n'a pas aidé.
    En tout cas, je suis très heureuse pour toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Katia.
      J'ai encore cette image en tête quand on a quitté Ré. Bouchon du péage à La Rochelle, heureusement qu'on logeait chez ma mère ;-)
      Merci à toi, j'avais la banane oui ;-)
      Gros bisous

      Supprimer
  17. Coucou Nath,
    La Gorgebleue, un oiseau mythique ! Que j'ai quand même photographié à 2 reprises à Paris, dont un 1er avril. Tes photos (très très belles) me font penser à la Gorgebleue qu'on avait photographiée au marais de Suscinio dans le Morbihan, dans leur vrai milieu, pas dans un parc parisien !
    Quand tu parles des changements de taxons, c'est au niveau des noms français ou des noms scientifiques ? C'est vrai que m'arrache un peu les cheveux quand je rédige les fiches, Birdlife et Birds of the world ne sont pas toujours d'accord sur la division entre espèces et sous espèces. Il faut que je m'y remette d'ailleurs (à la rédaction de fiche).
    Bises et à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Régine,
      Je parle des noms anglais. Certains oiseaux américains portent le nom d'explorateurs et certains pendant la période de l’esclavage. Pour éviter toutes références à cette période, les taxons "Moqueur de ...." etc devraient changer.
      Cette année zéro fiche pour moi. Mais j'en ai une en stock depuis deux mois qu'il faudrait peut-être que je publie ;-)
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire